Eiffel en concert à Besançon Musique, Soirées

Besançon Besançon (25000) - La Rodia
Eiffel en concert à Besançon
Rock FR
En 2019, Eiffel sort un nouvel album. Le sixième en dix-huit ans d’activité. Dix-huit ans ! L’album de la majorité ?

Ce serait un paradoxe pour un groupe qui s’est toujours situé dans la marge. Car si ce nouveau disque, comme ses prédécesseurs, est marqué par l’envie d’en découdre, il est aussi peuplé de visions récurrentes et de personnages étranges, dans un univers qui n’est pas sans rappeler Georges Orwell ou Philip K. Dick (auquel la première incarnation d’Eiffel, Oobik And The Pucks, faisait déjà référence).

En 2019, Eiffel fait du rock comme certains font de la science-fiction : pour prendre plaisir à se faire peur.

Eiffel le groupe qui n’a pas peur du rock



Alors que, depuis quelques années, les guitares s’effacent pour laisser place aux platines et à l’informatique, le groupe Eiffel démontre une fois de plus qu’on sait faire du bon rock français.

Actif depuis 1998, le groupe se fait remarquer dès 1999 en accompagnant Michel Houellebecq durant quelques concerts de sa tournée.

En 2000, le groupe accélère la cadence et part en tournée avec Dionysos. Déjà, le premier album est en vue. Ce sera Abricotine qui sera distribué dans les bacs en 2001 et le single « Te Revoir » tournera sur les ondes.

S’ensuit une tournée avec quelques premières parties des californiens francophiles de Nada Surf – excusez du peu.

Le Quart d’heure des ahuris, Les Yeux fermés, L’éternité et l’instant, Tandoori, A tout moment et Foule monstre sont les albums qui sortiront entre 2003 et 2012.

Puis Romain Humeau et ses accolytes électriques décident de faire une pause. S’agit-il d’une retraite bien méritée ? Non, car les Eiffel ont toujours envie et besoin d’en découdre.

Le grand retour s’opère en avril 2019 avec la sortie de leur nouvel album : Stupor Machine.

Eiffel s’est imposé à coup de concerts énergiques et d’albums au son puissant et tout porte à croire que le rock français ne peut pas se passer d’eux.

Tant mieux, on pourra aller écouter les riffs électriques de la joyeuse bande à la Rodia à Besançon.

Confirmez-vous la suppression ?