16 à 18 ans de réclusion requis contre un chef d'entreprise accusé d'assassinat

Entre 16 et 18 ans de réclusion criminelle ont été requis jeudi devant les assises du Doubs contre un chef d'entreprise accusé d'avoir assassiné son ancien associé à Audincourt (Doubs) en 2008, avant de fuir chez sa maîtresse en Charente-Maritime.

L'avocate générale, Thérèse Brunisso, a également réclamé 10 ans de suivi socio-judiciaire à l'encontre de René Wetzel, 52 ans, qui avait frappé sa victime à coups de barre de fer.
Pour elle, la volonté de tuer est "incontestable" en raison de "la violence, de la répétition et de la destination des coups exclusivement portés au niveau de la tête".
Elle a estimé que l'accusé avait prémédité son acte, en réglant ses affaires professionnelles et personnelles, comme la vente de sa maison et la liquidation de sa société, avant de rompre tout contact avec ses proches.

René Wetzel reconnaît avoir tué son ancien associé, mais nie la préméditation du meurtre de Philippe Courtois, 38 ans.
A bord d'un 4X4, le 22 octobre 2008 à Audincourt, ce chef d'une entreprise de sécurité, adepte des sports de combat, avait percuté par l'arrière le véhicule de son ancien associé auquel il reprochait d'être à l'origine de la perte de son entreprise, de ses déboires financiers et de la dépression qui s'en est suivie.
René Wetzel avait frappé à plusieurs reprises la victime à la tête avec une barre de fer devant de nombreux témoins, avant de prendre la fuite.
Les enquêteurs l'avaient interpellé deux semaines après les faits à Saint-Augustin (Charente-Maritime), chez sa maîtresse où il s'était réfugié. Le quinquagénaire avait changé d'identité et d'apparence, en laissant pousser sa barbe et en se teignant les cheveux en blond.

AFP
Publié le jeudi 16 juin 2011 à 16h41

Confirmez-vous la suppression ?