Pontarlier : 3 bougies et 36 chandelles

Si tout anniversaire se prête aux surprises, toutes les surprises ne se prêtent pas à un anniversaire. En novembre 2012, un Pontissalien aviné l'a appris dans la douleur.

Alors que ses voisins fêtaient bruyamment ce soir-là avec un couple d'amis les 3 ans de leur bambin, il avait, sous l'emprise de 2,62 g d'alcool dans le sang, défoncé leur porte d'appartement sans crier gare… mais en beuglant et en menaçant par contre de tuer tout le monde.

Ce qui, on peut le comprendre, n'avait effectivement pas beaucoup plu au papa du jeune enfant apeuré, qui avec son convive masculin n'avait alors pas cherché midi à quatorze heures pour faire passer l'envie à l'importun soiffard de recommencer.

L'accompagnant hors du logement, il l'avait ainsi poussé sans remords dans l'escalier. Avec comme conséquence un sacré ramdam mais surtout de nombreuses contusions et un décollement de rétine pour l'indésirable invité surprise, découvert en sang par son fils, sa fille et deux de leurs amis… qui a leur tour étaient venus interrompre la fête anniversaire du dessus.

Et cette fois s'étaient ensuivis des échanges de mandales, marquant officiellement le début d'une lancinante querelle de voisinage, notamment riche en coups bas (dégradations de véhicule à coups de décapsuleur) et coups hauts (beigne en pleine poire) de la part de l'épouse du trouble-fête malmené.

Laquelle a dernièrement été condamnée à 500 € d'amende dans cette affaire. Son mari ayant pour sa part écopé de 300 € d'amende et 2 mois de prison avec sursis. Soit un de moins que ses deux agresseurs, dispensés quant à eux de débourser le moindre centime en dommages et intérêts.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?