Franche-Comté : Au taquet

Plus de trois ans après avoir minutieusement disséqué nos modes de vie, l'INSEE publiait (avant-) hier le résultat de deux de ses enquêtes menées en 2009 : l'une sur nos déplacements domicile-travail, l'autre, sans aucun rapport, sur notre propension à faire des enfants. Dans chacun des cas, la Franche-Comté sort du rang... Mais vous le savez sans doute déjà.

51 % : tel serait selon l'INSEE le pourcentage d'actifs Francs-Comtois "contraints" de quitter leur commune de résidence pour aller travailler ; une moyenne qui tombe à 41 % à l'échelle nationale. Si bien sûr cette nécessité ne date pas d'hier du fait de la concentration massive des emplois dans les grandes agglomérations, la tendance semble s'être accélérée sur la période 1999-2009. Comme partout en France, nous serions ainsi de plus en plus nombreux à priser le calme de la campagne ou de la périphérie des villes au détriment de la proximité de notre lieu de travail.

Etudiée sur trente ans, la fécondité dans la région a quant à elle fait apparaître une hausse progressive du nombre de naissances depuis 1994. Avec un indice moyen de 2,04 enfants par femme en 2009, la Franche-Comté se hisse bien au-dessus de la moyenne nationale (1,98) pour atteindre le 5e rang des régions métropolitaines les plus fécondes. Une spécialité locale depuis 1975 à en croire l'institut d'études statistiques.

C.R
Publié le jeudi 17 janvier 2013 à 14h30

Confirmez-vous la suppression ?