Belfort: l'adolescent vraisemblablement tué avec un objet contondant (parquet)

L'autopsie du corps d'un adolescent, retrouvé mort mercredi à Belfort, montre que le décès est "vraisemblablement dû à une plaie à la carotide provoquée par un objet contondant", a indiqué vendredi le parquet de Montbéliard (Doubs).
Pierre Nasica, 15 ans, avait également "de nombreux traumatismes faciaux mais en revanche pas de trace notable (de coups) sur le corps", a précisé à la presse le procureur Thérèse Brunisso.

L'adolescent, qui habitait Dampierre-les-Bois (Doubs), avait été vu pour la dernière fois samedi en début d'après-midi, à la sortie des cours. Son cadavre, les mains liées et portant des traces de coups, a été découvert mercredi par la police sur un chemin, au pied des fortifications du château de Belfort.
L'autopsie et les premiers éléments de l'enquête montrent que la victime "est décédée sur le lieu où elle a été découverte", a poursuivi Mme Brunisso.
"Il est possible que le décès remonte à plusieurs jours (avant sa découverte) mais il est pour le moment impossible de savoir quel jour exactement", a-t-elle dit.

Selon le procureur de Montbéliard, "le corps a été découvert dans un endroit protégé de la neige mais pas du froid". C'est "une scène de crime complexe et difficile car c'est un lieu de rencontre et qu'il y a beaucoup de choses" comme des tessons de bouteille et des ordures, a souligné la magistrate.
"Toutes les pistes sont ouvertes", a-t-elle commenté, notant que l'enquête était "difficile" alors que le mobile du crime reste inconnu.
"Beaucoup de choses se disent sur les réseaux sociaux, il y a beaucoup de rumeurs mais pour le moment nous ne sommes pas en mesure de privilégier une piste sur l'autre", a ajouté le procureur.

Dans l'après-midi, environ 1500 habitants de Belfort se sont rassemblés dans le centre-ville pour une marche silencieuse à la mémoire de cet adolescent "exemplaire, discret et intelligent" selon la direction du lycée qu'il fréquentait.

L. L.
Publié le lundi 6 décembre 2010 à 08h45

Confirmez-vous la suppression ?