Besançon : Les rats quittent le navire

Après la conservatrice du musée de la Résistance et de la Déportation, au tour du directeur général de la Citadelle de se faire la malle. Rien ne va plus, c'est la Bérézina !

En partance pour la côte Bretonne, Philippe Mathieu quittera sa fonction en février prochain pour rejoindre la direction de la Brest'aim. Le poste, qui ne manque pas de prestige, lui assurera la tête d'une société d'économie mixte de 250 salariés gérant diverses structures publiques à vocation économique, sportive et culturelle (le parc Océanopolis, Le Quartz scène nationale, des ports de plaisance, une patinoire…).
Forcément, vu comme ça, la comparaison ne tient pas. Sauf peut-être dans la tête de Pascal Bonnet.

Tout disposé à penser que Besançon et Brest boxent dans la même catégorie – un peu comme avec Dijon –, le conseiller UMP à la mairie de Besançon se plaît à voir exclusivement en ces départs à répétition l'échec d'une stratégie culturelle et touristique qui n'aura pas su se donner les moyens – financiers – de ses ambitions ; la faute notamment à un certain tramway, gourmand en investissements.
C'est de bonne guerre, on n'en attendait pas moins d'un candidat aux municipales de 2014.

Assurée par le directeur de la Culture de la ville, la régence de la Citadelle devrait durer quelques mois, le temps qu'un nouvel élu soit intronisé... de gré ou de force.

C.R
Publié le lundi 31 décembre 2013 à 14h00

Confirmez-vous la suppression ?