Besançon : Pas de ticket mais une bonne droite

Habitués à jouer les punching-balls pour leurs passagers les plus irascibles, les conducteurs de bus peuvent parfois compter sur les contrôleurs pour assurer l\'intérim. La solidarité se forge parfois dans la douleur.

Verbalisé parce qu\'il circulait sans titre de transport – au prix d\'un ticket, on imagine bien le manque à gagner –, un sexagénaire noyé dans 1,08 g d\'alcool agressait ce vendredi un contrôleur de bus, d\'un coup de poing de protestation.

Inconnu des services de police, l\'homme de 64 ans sera très prochainement amené à s\'expliquer devant la justice.

GéPé
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?