Blessée par balle par un inconnu

Nous ne sommes plus en sécurité nulle part! Etre chez soi, dans un petit village tranquille, pourrait sembler rassurant : et bien non. On peut y être agressé aussi bien que si on habitait le quartier chaud d\'une grande ville.

Mardi matin, une mère de famille de 30 ans était seule dans sa maison de Champvans-les-Moulins, un village de 339 habitants situé à une quinzaine de kilomètres de Besançon. Ses deux petites filles étaient gardées par une voisine habitant de l\'autre côté de la rue.
Vers 7h30, on sonne à la porte de cette femme. Elle ouvre et se trouve face à un homme qu\'elle ne connaît pas, qui lui réclame de l\'argent d\'une voix forte. La mère de famille refuse, et se voit alors menacée par un gros pistolet!
Elle prend peur et décide d\'aller se réfugier chez la voisine qui garde ses enfants. La jeune femme n\'a pas le temps de traverser la rue qu\'elle entend une détonation et ressent une douleur dans le bras : l\'homme lui a tiré dessus! Il s\'enfuit aussitôt après.

La voisine a immédiatement appelé le maire du village, qui a conduit lui-même la blessée au CHU de Besançon.
Les gendarmes d\'Ecole-Valentin et de Besançon ont immédiatement mis en place un dispositif de recherche, mais ils n\'ont pu retrouver le coupable. Un habitant du village a toutefois remarqué quelques heures plus tard la présence d\'un inconnu pas très loin du domicile de la victime.

Cette agression a beaucoup choqué le maire du village, qui conseille à ses habitants de se méfier des inconnus : \"Quand on voit tourner bizarrement dans un petit village comme le nôtre un véhicule ou une moto, on ferait bien de relever son numéro d\'immatriculation. Non pour faire de la délation, mais pour le conserver et le communiquer pour le cas où aux enquêteurs\".
Voilà comment commence la psychose rurale...

R. Hingray
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?