Démantèlement d'un réseau de mangeurs de grenouilles

Ils sont cinq et, malgré les faits reprochés, c'est la première fois qu'ils avaient affaire avec la justice. Pourtant, c'est bien de trafiquants dont il s'agit…

Tout a débuté après 2010 non loin de Montbéliard (25). Le propriétaire d'un étang offre alors la possibilité à quelques connaissances de s'approvisionner en grenouilles rousses.

Or, cette espèce est protégée par un arrêté ministériel daté de 2007. En clair, on ne peut pas prélever ces amphibiens dans la nature sans avoir demandé une dérogation spéciale.

Le trafic a donc prospéré quelques années avec plusieurs centaines de batraciens qui ont été enlevés à leur famille pour être mangés.

En mars 2016, tout bascule : dénoncé par quelqu'un, l'office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) met en place une grande enquête.

Pour confondre le trafiquant présumé, on applique alors des méthodes qui ont fait leurs preuves pour arrêter les dealers de drogue : on se planque devant le domicile et on attend de voir débarquer les acheteurs !

Rapidement, le pot aux roses est découvert et cinq personnes sont arrêtées. Le procès s'est déroulé il y a quelques jours et les condamnations sont tombées…

Le tribunal a condamné le vendeur de grenouilles à 2 000 € dont 1 000 avec sursis tandis que les acheteurs ont récolté des amendes allant de 200 à 500 € (la moitié avec sursis).
Publié le vendredi 17 mars 2017 à 10h04

Confirmez-vous la suppression ?