Départ du directeur du CFA de Besançon : réactions

Suite au suicide de deux employés du CFA de Besançon, et après un mois de conflit entre le personnel et la direction, le directeur de cet établissement a choisi de démissionner lundi.

Pour beaucoup d\'employés du CFA, le suicide de leurs collègues avait été causé par les mauvaises méthodes de management du directeur. Plusieurs membres du personnel avait affirmé être \"maltraités, infantilisés, rabaissés\" depuis plusieurs années.
L\'ensemble des employés était donc en grève depuis le début du mois de juillet, et refusait de reprendre le travail en septembre sous les ordres de leur directeur actuel.

Lundi soir, un conseil d\'administration devait décider du sort de cet homme, qui est la tête du CFA depuis 14 ans. Après presque quatre heures de débat, 14 membres ont exprimé leur soutien au directeur, les 17 autres se sont prononcés pour son départ.
Face à cette majorité, le directeur a donné sa démission. Une décision qui a provoqué beaucoup de réactions... pas forcément positives, contrairement à ce que la grève du personnel aurait pu laisser croire.
L\'Est Républicain a reproduit quelques commentaires des principaux concernés.

Selon le président du conseil d\'administration, \"tous les membres du personnel sont loin d\'être contre M. Bouchet, certains nous ont adressé des témoignages en sa faveur. On s\'interroge sur des témoignages défavorables de salariés ayant postulé pour un poste d\'adjoint de direction. [...] Il s\'en va avec des indemnités et il n\'aura pas de licenciement lourd à porter dans son dossier\".

Le directeur quant à lui déplore l\'ignorance dans lequel l\'a laissé son personnel : \"Mon attention n\'a jamais été attirée par quiconque sur d\'éventuels problèmes rencontrés par MM. Boillon et Michel dans leur travail. Je remarque que les représentants du personnel qui me mettent directement en cause ne se sont jamais rapprochés de moi pour me faire part d\'une dégradation des conditions de travail [...]\".

Du côté du personnel, le soulagement est tangible. Certains craignent toutefois que le problème ne soit plus profond, et que le départ du directeur ne suffise pas à tout régler. Selon un enseignant, le conseil d\'administration est dans \"le déni de la souffrance du personnel\".

Il faudra donc attendre le mois de septembre pour voir si la situation s\'améliore ou non.
Le conseil d\'administration n\'a qu\'un mois pour trouver un nouveau directeur. Un délai très court, qui fait que le recrutement se fera \"en interne au plan du réseau national\".

Laure Godey
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?