Des croix gammées sur le sanctuaire de la Vierge, à Saint-Loup

Une grotte dédiée à la Vierge et le chemin de croix qui y mène ont été dégradés ce week-end dans la petite commune de Saint-Loup, au sud de Dole.

Le site est une reproduction de la grotte de Lourdes. Il a été aménagé il y a 75 ans et doit accueillir la semaine prochaine son pèlerinage annuel, suivi par une centaine de personnes.
La semaine dernière déjà, deux croix avaient été arrachées et jetées à terre. Puis ce week-end, dans la nuit de samedi à dimanche, trois autres croix ont été cassées, tandis qu'une dizaine de croix étaient taguées de symboles nazis à la peinture rouge, de même que le socle de la statue de la Vierge.

Ces actes de vandalisme ont suscité beaucoup d'incompréhension dans la commune, ainsi que le rapporte le journal Le Progrès.
Le maire est tout particulièrement en colère : "C'est impensable, impardonnable, d'autant que les paroissiens se donnent beaucoup de mal pour entretenir les lieux. Si nos ancêtres, qui étaient si fervents pour construire ce site, voyaient ça ! Même pour les non-croyants, c'est un endroit idyllique, un havre de paix. On n'avait jamais vu ça dans le pays!"
Le diocèse de Saint-Claude se montre tout aussi choqué : "Quelles qu'en soient les raisons, vandalisme ''de base'' ou volonté délibérée contre l'Église et la religion, c'est inacceptable, au même titre que les croix gammées dans les cimetières juifs ou les mosquées. C'est une forme de profanation. Toutes ces atteintes aux signes religieux ne peuvent pas continuer."

Des détériorations semblables avaient déjà eu lieu la semaine dernière à Perrigny, une commune proche de Lons-le-Saunier. Une statue de la Vierge Marie y avait été peinte en vert fluo, tandis qu'une croix gammée avait été dessinée sur son socle.
Plus grave encore, une fausse alerte à la bombe à Lourdes a perturbé hier les cérémonies du 15 août, fête de la Vierge dans la religion chrétienne. 30 000 pèlerins environ ont dû évacuer les sanctuaires, et d'importants moyens ont été mis en oeuvre par les services de déminage de la police afin de ratisser la totalité du site.

Laure Godey
Publié le lundi 16 août 2010 à 11h51

Confirmez-vous la suppression ?