Drame de Valdoie : l\'homme nie avoir tué sa compagne

Mercredi, une femme a été tuée d\'un coup de couteau à Valdoie, dans le Territoire de Belfort. Son compagnon, qui a donné l\'alerte, est considéré comme le principal suspect. Il nie toutefois être l\'auteur de ce crime et avance plutôt la thèse du suicide.

Dans le petit immeuble de Valdoie où s\'est déroulé ce drame, les commentaires vont bon train, et permettent d\'en savoir un peu plus sur le couple.
La victime serait âgée de 38 ans et d\'origine slovène. Contrairement à ce que pensaient les enquêteurs, elle vivait dans l\'appartement de son compagnon depuis 4 ans : peu de vêtements féminins avaient été retrouvés sur place et seul le nom de l\'homme figure sur la sonnette, les gendarmes avaient donc un doute sur ce point.
L\'homme était discret, il parlait peu avec ses voisins, sa compagne était souriante, \"ne travaillait pas\" et sortait peu de chez elle.
Mais le couple n\'était pas sans histoire pour autant : les habitants de l\'immeuble répètent qu\'il \"y avait beaucoup de disputes chez eux. On les entendait dès que les fenêtres étaient ouvertes\".
La victime et son compagnon avaient en outre des problèmes d\'argent : \"Elle était venue taper chez moi une fois pour me demander de l’argent\" a avoué un voisin.

La mort de la jeune femme a surpris tout le monde dans ce petit immeuble tranquille, où en 75 ans \"il n\'y avait jamais eu de problème\" comme le raconte un locataire retraité.
C\'est un menuisier qui, mercredi après-midi, a donné l\'alerte : en sortant d\'un appartement où il faisait des travaux, il a croisé le compagnon de la victime, l\'air choqué et les mains en sang, qui répétait : \"Il y a eu un drame, ma femme va mourir\".
Immédiatement soupçonné, l\'homme avait été placé en garde à vue le soir-même. Ivre, il n\'avait alors pu expliquer les circonstances du drame, ni même donner le nom de sa compagne.
Il a donc été réinterrogé jeudi, mais il a alors nié être impliqué dans la mort de la jeune femme. Selon lui, elle se serait porté elle-même un coup de couteau.

L\'homme est toujours en garde à vue. L\'enquête devra confirmer ou non cette hypothèse du suicide.

Laure Godey
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?