Besançon : D’un marteau à l’autre

Maintenu en détention depuis son coup de folie du 23 juillet dernier, l'homme qui s'était permis de frapper avec un marteau son rival amoureux en plein centre-ville de Besançon comparaissait hier devant le tribunal correctionnel. Après avoir retardé une première fois l'échéance de son procès, l'heure était effectivement venue pour lui de voir s'abattre sur sa propre tête le maillet de la justice… lourd d'une prévisible condamnation.

Endossant le rôle de l'innocent coupable des circonstances, cet homme de 42 ans sans antécédents judiciaires aura expliqué pour sa défense avoir tout juste cherché au départ à faire fuir sa victime, un amant éconduit par l'ex-épouse de l'accusé, et venu pour cela tambouriner à sa porte, dans la rue de Pontarlier.

Un comportement violent qui, selon l'avocat du prévenu, avait déjà contraint son client à déposer plainte pour menace de mort (restée sans suite), et qui ce jour-là aura donc amené le quadragénaire, toujours amoureux de la mère de sa fille, à faire le déplacement jusqu'à son domicile, suite à l'appel inquiet de son ex belle-maman

Incapable sur place de faire entendre raison à cet indésirable en dépit du marteau qu'il brandissait à son encontre, c'est uniquement pour se protéger que le sauveur de ces dames aurait alors jugé nécessaire de calmer les ardeurs de l'impulsif individu de plusieurs coups sur le front, l'envoyant illico à l'hôpital pour une fracture superficielle de la boite crânienne.

Contestant pour sa part l'agressivité supposée de son client durant ladite altercation, l'avocat de la victime aura su rallier la cour à sa cause ; laquelle, tout aussi convaincue du « profond ressentiment » nourri par l'accusé, aura en définitive condamné ce dernier à une peine d'un an de prison dont 8 mois ferme, et deux ans de mise à l'épreuve.

C.R
Publié le jeudi 29 août 2013 à 11h23

Confirmez-vous la suppression ?