Justice : Bac (presque) en poche

Le tribunal administratif de Besançon statuait hier sur un cas supposé de tricherie à l'examen du Baccalauréat. Privés en septembre de leur diplôme par le rectorat, deux lycéens avaient saisi la justice pour défendre leur bifteck.

Et ils ont eu bon nez ! En l'absence de preuves tangibles (jugé douteux, le 20/20 obtenu à leur épreuve de rattrapage avait suffi à les destituer), la décision du rectorat a été suspendue à l'issue de l'audience. Dans l'attente du verdict définitif d'ici un an, les bacheliers réhabilités peuvent reprendre leur marche en avant.

On n'a pas idée d'être aussi soupçonneux...

GéPé
Publié le vendredi 12 octobre 2012 à 10h03

Confirmez-vous la suppression ?