La drogue comme tentative de réinsertion à Vesoul

Un jeune haut-saônois de 23 ans a été interpellé la semaine dernière à Vesoul pour trafic de drogue. Sorti de prison depuis le mois de septembre, où il avait purgé une peine de dix mois pour trafic de stupéfiants, il \"avait pourtant décroché\". Du moins aux dires de son avocat...

A l\'origine, rien ne permettait de soupçonner ce jeune homme. C\'est une affaire d\'escroquerie, qui ne le concernait même pas, qui aura permis de mettre un jour un trafic qui couvrait toute la région de Vesoul.

Les gendarmes vésulien enquêtaient sur une arnaque à la carte bleue. Les coupables, un couple de 26 ans, utilisaient une carte volée à l\'ex-petit-ami de la jeune femme pour faire des achats au Leclerc Express de Noidans les Vesoul et sur la site de La Redoute (pour plus de 6000€ tout de même).
Une perquisition au domicile du couple a permis de mettre la main sur des flacons de méthadone, un substitut à l\'héroïne utilisé dans des programmes de désintoxication.
Une découverte qui a motivé une nouvelle enquête. Celle-ci a aboutit chez un autre jeune couple vésulien, qui fournissait le précédent. Cette nouvelle perquisition a cette fois permis de trouver quelques grammes d\'héroïne et de haschich.

De fil en aiguille, les gendarmes ont pu identifier le fournisseur de tous ces jeunes gens : un luron, domicilié à Vesoul, sorti de prison depuis quelques mois à peine! 46 grammes d\'héroïne et 29 flacons de méthadone ont été retrouvés dans son logement.
Interpellé, le suspect a rapidement reconnu avoir ramené 150 g de drogue de Hollande, qu\'il revendait 4 fois plus cher à quelques connaissances haut-saônoises... Le tout pour payer sa propre consommation, qui atteignait les 2 grammes par jour. Il avait trois complices, également âgés d\'une vingtaine d\'années.
Le jeune homme, qui avait décroché de la drogue en prison, ne parvenait pas à se réinsérer. Son avocate a d\'ailleurs regretté qu\'il n\'ait pas bénéficié d\'un suivi après avoir été remis en liberté.

L\'enquête aura mené à 9 interpellations au total. Seul le jeune fournisseur a pour l\'instant été condamné, en comparution immédiate. Il devra purger 4 ans de prison dont 2 ans ferme. Il a également reçu une mise à l\'épreuve pendant 2 ans et une obligation de soins.
Souhaitons que cela suffise à faciliter sa prochaine réinsertion.

Laure Godey
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?