(Bourgogne) Franche-Comté : La pilule ne passe pas

Depuis juillet dernier que ce projet d\'union a obtenu l\'aval de l\'Assemblée, on avait fini par croire qu\'il s\'était fait à l\'idée. Mais pas du tout ! Pour Jean-Philippe Allenbach, président du Mouvement Franche-Comté (MFC), la fusion annoncée de notre région avec la Bourgogne est toujours dure à avaler 6 mois après. Et là où certains pourraient alors être tentés de boire pour oublier l\'inéluctable, lui préfère autant saouler les organisateurs de ce mariage en réclamant la tenue de référendums.

Sans grand succès, cela avait déjà été le cas en juillet, concernant un rattachement du Doubs à la Suisse, et l\'est donc de nouveau aujourd\'hui. Mais cette fois au sujet de LA question centrale : pour ou contre la fusion Bourgogne / Franche-Comté ?

Inspiré par « nos voisins alsaciens », amenés à se prononcer en avril 2013 sur le regroupement du Bas-Rhin et du Haut-Rhin (projet rejeté en raison d\'un trop faible taux de participation), le chef de file du MFC y voit un « parfait exemple de démocratie participative » qu\'il imagine déjà avoir lieu idéalement le dimanche 31 mai 2015 : « date optimale (…) permettant un débat citoyen de plusieurs mois » dans le respect du « délai de six mois minimum imposé par la loi avant les prochaines [élections] régionales ».

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?