La rentrée des classes en Franche-Comté

219 556 élèves et 16 341 professeurs ont repris ce matin le chemin de l'école en Franche-Comté, avec plus ou moins d'enthousiasme.

Cette rentrée 2010 n'est pas vraiment comme les autres... Elle est en effet marquée par de nombreuses nouveautés.
La plus critiquée concerne les professeurs stagiaires. Contrairement aux autres années où ils alternaient cours théoriques et stages pratiques, les nouveaux enseignants vont immédiatement avoir la charge d'une classe à plein temps, sans formation préalable. Ils pourront tout de même s'appuyer sur un, voir plusieurs, tuteur(s) chargé(s) de l'accompagnement des jeunes recrues.
Le recteur de l'académie de Besançon (dont c'est la première rentrée en Franche-Comté) est favorable à cette réforme, qui a le mérite de mettre les stagiaires "sur le terrain". Il rappelle en outre que ces jeunes gens ont déjà souvent eu l'occasion d'affronter des élèves, que ce soit lors de précédents stages ou via des emplois dans l'éducation (en tant que surveillants par exemple).

C'est également cette année que va se mettre en place la réforme des lycées, longtemps critiquée. Elle devrait permettre aux élèves de mieux s'orienter grâce à davantage d'enseignements spécifiques.

Parmi les autres nouveautés, on notera :
- la mise en place d'un livret de compétences qui suivra l'élève tout au long de sa scolarité.
- un internat d'excellence proposé aux élèves motivés ne bénéficiant pas d'un environnement favorable pour réussir leurs études. 322 élèves sont concernés en Franche-Comté.
- l'enseignement du turc comme langue vivante principale dans deux collèges du Jura (il s'agit d'une première en France, le turc étant habituellement proposé en option facultative).

Et comme d'habitude, cette rentrée est marquée par des fermetures de classes pas toujours justifiées, aux yeux des parents et des enseignants du moins.
Ainsi à Saint-Vit, dans le Doubs, une classe a été supprimée car il manque trois élèves dans l'école.

Laure Godey
Publié le jeudi 2 septembre 2010 à 14h29

Confirmez-vous la suppression ?