Le cinéma des Quais de Belfort cambriolé

Le cinéma des Quais de Belfort a été cambriolé dans la nuit de dimanche à lundi. En cette fin de week-end, les caisses étaient bien remplies : les voleurs sont repartis avec 24 000 € environ.
Deux autres cambriolages moins importants ont également été commis dimanche et lundi dans le Territoire de Belfort.

Lorsque les employés sont arrivés lundi matin au Cinéma des Quais, ils se sont vite rendus compte que l\'établissement avait été visité pendant la nuit : deux coffres-forts avaient été découpés.
Les cambrioleurs sont sans doute entrés dans le cinéma vers 2h du matin. Une alarme s\'est en effet déclenchée à ce moment là, à la suite de laquelle la société de gardiennage chargée de surveiller le site s\'était rendue sur place. Elle n\'avait toutefois rien remarqué d\'anormal.
Un ou plusieurs individus se trouvaient pourtant dans le cinéma. Ils se sont rendus dans la salle des coffres-forts, et ont ouvert ces derniers à l\'aide d\'une disqueuse. Il leurs était ensuite facile de repartir, les poches lestées de 24 000 € environ.
En comptant les dégâts occasionnés, le préjudice de ce cambriolage s\'élèverait à environ 40 000 €.

Ce même week-end, le restaurant Buffalo Grill d\'Andelnans et la maison d\'un entrepreneur de Montreux-Château ont également été visités.
Plusieurs individus, le visage dissimulé, ont braqué le Buffalo Grill lundi matin, au moment où les premiers employés arrivaient. Armés d\'une arme de poing, ils sont repartis avec 4000€ environ sans être inquiétés.
Les cambrioleurs de Montreux-Châteaux étaient cagoulés également. Ils ont ligoté un entrepreneur et ont menacé son épouse avant de fouiller la maison du couple. Les individus ont volé 3000 à 4000€ en liquide cachés dans un coffre ainsi que la voiture de leur victime, une Mercedes qui a été retrouvée peu après en Alsace.

Ces trois affaires font actuellement l\'objet d\'enquêtes séparées. \"Aucun élément ne nous permet de faire un lien entre ces trois affaires\" expliquait hier le substitut du procureur de la République de Belfort.

Laure Godey
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?