Besançon : Non coupables ?

S'il s'est avéré la semaine dernière que la Citadelle de Besançon battait actuellement des records de fréquentation, depuis un an, son Muséum a quant à lui plutôt cumulé les avis d'expulsion vis-à-vis de pensionnaires primates... qui pourraient bien avoir été mis à la porte avec un peu trop d'empressement.

En avançant cela, on ne pense pas tant à l'indomptable Tahina qu'à la colonie de babouins ayant été poussés à l'exil en juillet 2013 pour avoir dégradé les sacro-saints murs de leur enclos. Du moins le pensait-on à l'époque. Car après un an d'enquête et une trentaine de départs, il se pourrait en fait que les gravats pierreux jonchant leur terrain de jeu aient surtout été… dégagés du sol.

Une erreur de jugement (comme une ou deux autres depuis) qui ne devrait pas pour autant annuler le transfert prochain de la dizaine de faux vandales restants, dont la présence à la Citadelle remonte à une trentaine d'années.

.
Publié le mardi 12 août 2014 à 11h07

Confirmez-vous la suppression ?