Doubs : Peine de cœur

En avril dernier, il découvrait après 19 ans de vie commune que la femme de sa vie (et mère de sa fille) le trompait. Un coup de massue que l\'on imagine bien difficile à encaisser, et qui l\'aura encore davantage été quelques semaines plus tard, lorsque la compagne de ce trentenaire haut-doubien aura prétendu être retenue au travail… pour en vérité aller au restaurant avec son amant. Le jour même de la fête des mères.

Suite à ce double uppercut, son mari trahi avait alors été tenté de montrer les poings à son retour pour lui communiquer physiquement sa profonde douleur morale. La saisissant par le bras, il avait commencé par la secouer avant qu\'elle ne parvienne finalement à se refugier dans sa chambre et à appeler les gendarmes, paniquée.

Et c\'est ainsi que le (futur ex-)conjoint inconnu de la justice se retrouvait en début de mois devant le tribunal correctionnel de Besançon pour répondre de violences conjugales.

Regrettant très sincèrement d\'avoir « perdu la contrôle », il a aussi déploré ne pas avoir eu droit à « un peu d\'honnêteté ». Ce que la cour a semble-t-il elle-même reconnu en partie, en ne condamnant le prévenu qu\'à 4 mois de prison avec sursis simple, contre 6 avec mise à l\'épreuve requis au départ.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?