Besançon : Toutes les vitrines ne se valent pas

Régulièrement victime d'actes de vandalisme (trois déjà depuis le début de l'année), la permanence doubienne de l'UMP devrait peut-être songer à faire de sa vitrine de propagande un espace publicitaire à louer.

Bien que dans le fond la différence soit ténue, cette solution pourrait tout d'abord lui permettre de rentrer dans ses frais, en payant des réparations que l'assurance réchigne apparemment de plus en plus à prendre en charge.
Mais plus important encore, cela pourrait surtout favoriser l'interpellation des coupables présumés. Car si dans l'absolu il ne fait pas non plus très bon être un panneau publicitaire à Besançon, il semblerait que leur cause mobilise davantage les autorités, qui parvenaient dernièrement à mettre le grappin sur deux individus, suspectés d'avoir participé au massacre de plusieurs centaines de sucettes JC Decaux depuis l'année dernière.

Justifié par cette série de meurtres inqualifiables, l'acharnement des enquêteurs à les débusquer aura ici valu à ces criminels d'une vingtaine d'années d'être présentés hier devant un juge d'instruction, pour s'y voir signifier leur mise en examen et leur placement sous contrôle judiciaire, avec interdiction formelle de communiquer entre eux...

Quand on pense qu'une simple affiche pour de la lingerie fine pourrait faire l'affaire tout en attirant de nouveaux sympathisants (certes un peu vicelards), la réflexion s'impose plus que jamais pour l'antenne départementale de l'UMP !

C.R
Publié le mercredi 20 novembre 2013 à 11h00

Confirmez-vous la suppression ?