Tramway de Besançon : les commerçants passent à l’orange

Depuis quelques mois, les commerçants du centre-ville de Besançon s\'alarment au sujet des conditions d\'accès à la Boucle. Principal accusé : le chantier du tramway.

Signe d\'un ras-le-bol face à un manque d\'écoute de la part de la mairie ? Action maladroite confortant l\'idée que le centre-ville bisontin est bouchonné ? L\'affiche qui fleurit, depuis quelques semaines, dans les vitrines de la Boucle pour lister les doléances des commerçants fait parler d\'elle. Parmi ces « mesures d\'urgence », exprimées sur fond rouge et noir, la gratuité des parkings le samedi après-midi figure au premier rang.

Une menace de manifestation à l\'occasion de l\'étape du Tour de France plus tard, les choses semblent un peu s\'apaiser entre l\'Union des Commerçants et la mairie. Pour preuve : depuis la fin de semaine dernière, des vitrines passent à l\'orange d\'une première affiche « Centre-ville en solde » - une information qu\'il n\'est pas inutile de rappeler quand on veut séduire le client - et une seconde à propos de l\'opération « Cœur de ville, plus facile ». En effet, tout serait devenu « plus facile » pour les clients, les commerçants et la mairie, grâce à une heure de parking ou un ticket de bus offert le samedi, à partir de 50 € d\'achats cumulés.

Cette nouvelle mesure apparaît alors que le « Monoprix provisoire » (qui va durer deux ans quand même) commence à s\'installer, cette semaine, sur le parking Marché Beaux-Arts. Un chantier supplémentaire qui neutralisera une centaine de places de stationnement. De quoi vous faire passer un commerçant à un joli vert… de dépit.

L.d.C
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?