Un assassin présumé jugé sur fond de dispute post-électorale

Le procès d'un chasseur de 57 ans accusé d'avoir tué l'époux d'une conseillère municipale fraîchement élue le 16 mars 2008, après une dispute lors de la soirée post-électorale, s'est ouvert lundi devant la cour d'assises du Doubs.
Bernard Berger, ouvrier fromager et chasseur expérimenté, comparaît lundi et mardi à Besançon pour assassinat. Il encourt la réclusion à perpétuité.

Lors de la soirée festive donnée chez Raphaël Mourot, 28 ans, et sa femme tout juste élue conseillère municipale de Passonfontaine (Doubs), l'accusé avait répété à plusieurs reprises qu'il n'avait pas voté pour l'élue et s'était montré désagréable avec ses hôtes.
Excédé, la victime avait mis M. Berger, qui était ivre, à la porte. "Tu auras de mes nouvelles, je vais te tuer", avait-il alors lancé, d'après Mme Mourot. Il était rentré chez lui pour prendre un fusil qu'il avait chargé avec deux cartouches, avant de retourner chez la conseillère municipale.
Il avait tiré sur Raphaël Mourot à une distance de dix mètres environ. Touché à l'abdomen, la victime était décédée à l'hôpital des suites de ses blessures.
L'homme n'avait pas pris la fuite.

"C'est arrivé, mais je n'ai pas voulu ça. Je suis allé chercher mon fusil, mais seulement pour lui faire peur, le coup est parti" tout seul, s'est défendu l'accusé lundi matin. Il réfute toute préméditation et intention meurtrière.

AFP
Publié le lundi 27 juin 2011 à 13h43

Confirmez-vous la suppression ?