Un camion s\'encastre dans une maison de Pomoy

Dimanche soir, un camion s\'est encastré dans une maison de Pomoy, un village de Haute-Saône situé entre Lure et Vesoul. Il a causé d\'importants dégâts, rendant inhabitable une partie de la maison.

Le chauffeur n\'a-t-il pas vu le virage à cause de la neige? A-t-il glissé?
Toujours est-il qu\'à 23h30 dimanche il s\'est déporté à droite, a monté sur le trottoir, et a fini sa course dans une maison bien mal placée, détruisant une partie d\'un mur et du toit.
Un accident spectaculaire qui n\'a heureusement fait aucun blessé, bien que les dégâts matériels soient considérables.

Le mur et le toit de cette maison du 18ème siècle se sont en effet partiellement effondrés, des poutres pendent dans le vide, prêtes à tomber à tout moment.
Les occupants ont pourtant refusé de quitter leur maison, contre les conseils des pompiers. Ils craignent en effet \"des exactions possibles\", l\'habitation étant ouverte aux quatre vents.

Dès lundi matin, une entreprise est venue consolider les murs et le toit afin de sécuriser les lieux.
Les travaux de reconstruction risquent toutefois d\'être longs : il sera sûrement nécessaire d\'abattre une partie du mur et de la toiture.

Le camion a quant à lui été retiré lundi après-midi. Une tâche délicate, puisque par endroits, l\'habitation n\'était plus soutenue que par le poids lourd.
La circulation a d\'ailleurs été coupée pendant plus de trois heures entre Lure et Vesoul afin de faciliter l\'opération.

Ce n\'est pas la première fois qu\'un tel accident se produit à cet endroit. La limitation à 50Km/h est peu respectée à Pomoy, malgré l\'installation d\'un radar automatique quelques centaines de mètres avant l\'entrée du village, et malgré des travaux de rétrécissement de la chaussée.
Le virage dans lequel a eu lieu ce dernier accident est particulièrement dangereux. Plusieurs fois, la murette entourant la maison sinistrée a déjà été arrachée par des voitures ou des camions, faisant de nombreux blessés et un mort.

R. Hingray
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?