Un fournisseur en retard fait perdre plus de 7.000 véhicules 308 à Peugeot

Les usines PSA de Sochaux (Doubs) et Mulhouse (Haut-Rhin) devront renoncer à la production de 7.300 Peugeot 308 jusqu\'à début avril suite à l\'incapacité d\'un sous-traitant à les livrer en nombre suffisant d\'éléments de direction assistée, a-t-on appris lundi auprès des directions des deux sites.

Les \"difficultés momentanées du fournisseur de groupes électropompes pour directions assistées à répondre à nos appels croissants de pièces\" expliquent ce contre-temps, indique un communiqué diffusé lundi par chacun des deux sites.

Le fournisseur, une usine de l\'américain TRW en Allemagne, doit équiper les 308 d\'une nouvelle technologie électrique selon une cadence augmentée qu\'il ne parvient pas à tenir pour l\'instant, a précisé le porte-parole de l\'usine de Sochaux.
Principale touchée, Sochaux a décidé lundi d\'annuler 15 demi-journées de travail sur sa ligne dédiée à la 308 entre le 3 mars et le 1er avril, a indiqué son porte-parole. Le bilan se chiffre à 6.600 véhicules perdus en ajoutant les trois demi-journées déjà supprimées pour les mêmes raisons les 12 et 14 février, a-t-il ajouté.
A Mulhouse, les annulations également décidées lundi sur la ligne 308 concernent trois jours complets en mars pour représenter 700 véhicules perdus, a indiqué la porte-parole de ce site.
Ces annulations mettront environ 5.250 salariés au repos forcé, soit 3.000 à Sochaux et 2.250 à Mulhouse, selon les porte-parole.

Les deux usines ont choisi de renoncer à des 308 de la première génération arrivant en fin de vie, de façon à rattraper la production perdue sur la version restylée du modèle à partir du printemps, ont expliqué les directions.
Selon la section CGT de PSA Sochaux, \"cet incident montre les limites du système des achats Peugeot basé sur la réduction du nombre de fournisseurs\".
La stratégie d\'un fournisseur unique par pièce de modèle est commune à tous les constructeurs, a fait valoir le porte-parole sochalien.

R. Hingray
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?