Un nouvel an mouvementé en Franche-Comté

1 137 voitures ont été brûlées dans la région parisienne au cours de la nuit du 31 décembre 2009 au 1er janvier 2010. Un bon score selon Brice Hortefeux, le ministre de l\'intérieur, qui a qualifié cette soirée de \"globalement calme\".

Une version du \"calme\" que ne partagent peut-être pas les pompiers franc-comtois, appelé des dizaines de fois au cours de la nuit de la Saint-Sylvestre. Rarement pour des feux de voitures, mais plutôt pour des accidents domestiques plus ou moins insolites.

Il n\'y aurait apparemment eu que deux véhicules incendiés à Besançon le 31 décembre, des policiers ayant été déployés dans toute la ville afin de prévenir d\'éventuels débordements. Les coupables sont des adolescents de 14 et 15 ans, domiciliés à Planoise et inconnus des services de police. Ils ont été placés en garde à vue.

Les accidents domestiques en revanche ont été beaucoup plus nombreux.
Les plus fréquents sont les \"chutes de table\" : aux douze coups de minuit, les fêtards montent sur les tables, dansent, s\'embrassent... et tombent!
Les pompiers ont été appelés des dizaines de fois dans la région pour des chutes de ce genre, heureusement souvent plus impressionnantes que graves.

Autre accident typique des fêtes de fin d\'année : le couteau qui dérape alors qu\'on tente de sabrer le champagne ou d\'ouvrir les huitres...
Une mésaventure survenue notamment à Lons-le-Saunier, où un homme s\'est ouvert la moitié du bras et sectionné tous les tendons en voulant sabrer le champagne avec un couteau. Il a été opéré d\'urgence.

Déboire du nouvel an également à la Dôle, dans le Haut-Jura. Un couple souhaitait s\'embrasser à minuit au sommet de la montagne, mais la femme s\'est cassé la cheville au cours de la montée. La soirée romantique s\'est donc transformée en exercice de secourisme à cheval, et le baiser a eu pour cadre une chambre d\'hôpital...

L\'année 2010 n\'a donc pas toujours bien commencé... mais il reste 362 jours pour redresser la barre!

R. Hingray
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?