Delle (90) : Une \"pointure\" du fétichisme

Au registre des expressions françaises dont le sens premier semble aujourd\'hui sans rapport aucun avec sa signification, il y a par exemple « prendre son pied ». Vous avouerez qu\'il est en effet très rare de ressentir un plaisir extatique en vous saisissant de vos panards ! En revanche, ceux des autres peuvent parfois susciter pareille sensation chez certains. Une bizarrerie à laquelle on ne pense pas souvent et qui pourtant permet alors de mieux comprendre cette locution… mise en pratique dernièrement dans la Territoire de Belfort, par un quinquagénaire de Grandvillars.

Attiré par les arpions déjà bien mûrs, ce père de famille divorcé et alcoolique comparaissait hier devant le tribunal correctionnel de Belfort, pour s\'être ainsi livré dans la nuit de mercredi à jeudi à l\'agression podale d\'une Delloise de 75 ans.

Tambourinant à la porte de son domicile vers 4h30 du matin (après un premier essai infructueux chez une voisine de 80 ans), le fétichiste en manque et en état d\'ébriété était parvenu à entrer par une fenêtre que la vieille dame inquiète avait fini par ouvrir : cette proie qu\'il connaissait bien pour l\'avoir repérée dans la rue quelques mois auparavant… et lui avoir dérobé une chaussure, dont il avait apparemment pris le temps de savourer les odeurs en attendant de passer aux choses sérieuses. En l\'occurrence, un bain de pieds salivaire (entre autres caresses et reniflements) que l\'homme de 54 ans aura cette nuit-là imposé à sa victime, poussée et maintenue fermement sur son lit sans que les choses ne soient heureusement allées plus loin.

Réussissant en effet à alerter furtivement ses proches via son portable avant que l\'individu ne cède à d\'autres pulsions, l\'occupante avait favorisé le départ prématuré de ce maniaque des petons… qui avait emporté au passage sa paire de pantoufles.

Des chaussons que les enquêteurs auront depuis retrouvés au domicile de l\'agresseur. Mais à l\'état de charpie. La raison ? Moins qu\'une frustration, un moyen de « mieux les voir, les regarder, les sentir » et de « cré[er] une excitation », comme l\'aura lui-même expliqué hier le prévenu, dont l\'obsession pour les « pieds des personnes âgées, les bas, tout ça » remonterait d\'ailleurs selon lui « à l\'âge de 9-10 ans ».

Un lointain penchant qu\'il n\'avait pourtant jamais revendiqué jusqu\'alors. Pas même à l\'occasion de son précédent jugement en comparution immédiate : c\'était en janvier dernier, pour des faits d\'agression sexuelle sur une personne de 85 ans. Reconnu coupable, il avait été condamné à 18 mois de prison. Une peine qu\'il purgeait donc en totale liberté, avant que 18 mois de plus derrière les barreaux ne soient prononcés ce mardi à son encontre. Avec cette fois-ci un mandat de dépôt à la clef.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?