Une secrétaire de mairie escroquait la commune d\'Arlay

En septembre 2008, des tracts avaient circulé dans la commune jurassienne d\'Arlay : ils accusaient l\'ancien maire et ses élus d\'avoir détourné plusieurs milliers d\'euros au préjudice de la commune.
Des rumeurs infondées, du moins en ce qui concerne les coupables. Car le détournement, lui, a bel et bien eu lieu! Et la responsable n\'est autre que la secrétaire de mairie en poste à l\'époque...
La vérité va prochainement être rétablie grâce à une dizaine de panneaux d\'informations installés aux quatre coins du village.

La secrétaire, âgée d\'une cinquantaine d\'année, a été poursuivie pour abus de confiance et escroqueries, pour un préjudice estimé à 68 000 euros. Elle a notamment détourné les fonds de la commune, du Syndicat des Eaux et du Sicadesnes, en imitant la signature du maire, en rajoutant des articles sur les commandes ou en faisant des collages sur les factures.
Les sommes ainsi acquises ont permis à cette femme de louer une salle des fêtes et de faire de nombreux achats pour son compte personnel dans des magasins de Lons-le-Saunier et de Bletterans.

Mise en examen en décembre 2008, la secrétaire a reconnu les faits et a déclaré avoir agi par vengeance : elle aurait été victime de harcèlement sexuel de la part du maire. Une accusation qui a été déboutée au cours de l\'enquête.
La quinquagénaire a été jugée le 30 novembre 2009 et condamnée à six mois de prison avec sursis. Cette condamnation ayant été inscrite à son casier judiciaire, elle ne pourra plus travailler dans la Fonction Publique.
Elle devra par ailleurs indemniser ses trois victimes. Ce qui risque d\'être difficile, l\'ex-secrétaire n\'ayant pas les moyens de rembourser 68 000 euros...

Afin de faire taire les rumeurs accusant l\'ancien maire, cette décision judiciaire sera affichée dans les rues d\'Arlay pendant deux mois. Une mesure exceptionnelle, mais qui innocentera les ex-élus injustement accusés par leurs électeurs.

Laure Godey
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?