Vandalisme du 1er mai à Saulnot

Dans plusieurs villages franc-comtois, la nuit du 1er mai était autrefois associée à une tradition galante, où les jeunes filles à marier étaient distinguées par les conscrits de l\'année. Après avoir laissé des rubans ou des branchages à la porte des belles célibataires, les jeunes gens rassemblaient les objets trainant autour des maisons (outils, bois, pots de fleurs...) sur la place du village.
La première partie de cette tradition a été abandonnée il y a une trentaine d\'années. Quant à la seconde partie, qui n\'était auparavant qu\'une farce bon enfant, elle s\'est transformée dans certaines communes en actes de pur vandalisme.

Ainsi à Saulnot, en Haute-Saône, des adolescents ont démonté des panneaux de signalisation, des boites aux lettres et des volets. Ils ont arraché des barrières et des fleurs, ils ont cassé un trampoline, des poubelles et du mobilier de jardin, avant de retourner une voiturette.
Les jeunes gens pensaient sans doute mettre ces dégradations sur le compte des traditions du 1er mai. Le maire de Saulnot ne l\'entend toutefois pas de cette oreille : il a décidé de porter plainte.

R. Hingray
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?