Victor Considerant

Victor Considerant fut élève de son père, Jean-Baptiste, professeur de rhétorique au collège de Salins-les-Bains. Bachelier à seize ans, il vint en 1824 préparer Polytechnique au collège de Besançon et fut initié au Fouriérisme par sa correspondante Clarisse Vigoureux. Reçu au concours en 1826, il fit à Paris la connaissance de Charles Fourier. À l'École d'application de l'artillerie et du génie de Metz de 1828 à 1832, il propage les idées du maître parmi ses camarades après avoir publié un article sur Fourier dans Le Mercure de France en 1830 et dans La Revue des Deux Mondes en octobre 1831, ainsi q'une nouvelle, "Un Pressentiment", inspirée par la mort de la fille de Clarisse Vigoureux, Claire, son amour de jeunesse.

Il participe en 1832 à la fondation du journal Le Phalanstère qu'il dirige avec Jules Le Chevalier et à la tentative de colonie sociétaire de Vesgre. Il publie "Destinée Sociale" en 1834 et démissionne de l'armée en 1836 pour fonder un nouveau journal, La Phalange. En 1837 il succède à Fourier à la direction de l'Ecole Sociétaire et en en 1838, il épouse Julie, seconde fille de Clarisse Vigoureux.

Battu aux élections législatives en 1839 à Montbéliard et à Colmar, il est élu en 1843 Conseiller Général de la Seine et, la même année, fonde La Démocratie Pacifique qui connaîtra un grand succès. En 1848 il est élu Député du Loiret de Montargis et en 1849 de Paris. Il siège à l'extrême gauche et précise la notion de droit au travail qui devient une des idées fortes des socialistes français de 1848. Reconnu en droit constitutionnel pour être l'inventeur, en 1846, de la représentation proportionnelle il est le seul député à proposer, en juin 1848, le droit de vote pour les femmes.

En juin 1849, il prend la tête d'une manifestation contre Louis-Napoléon Bonaparte qui à ses yeux avait violé la Constitution en soutenant le pape en lutte avec la République romaine. Menacé d'arrestation, il part en exil en Belgique puis aux États-Unis où, à l'instigation d'Albert Brisbane, il crée au Texas le phalanstère de Réunion avec l'appui financier de Jean-Baptiste André Godin. L'expérience est un échec et il se retire à San Antonio où Clarisse Vigoureux meurt en 1865.

Revenu en France en 1869 à la faveur d'une amnistie, il adhère à la Première Internationale et soutient la Commune (1871).

Il finit sa vie au Quartier Latin, refusant obstinément de reprendre toute activité politique. Ses obsèques réunissent de nombreux socialistes, en particulier Jean Jaurès. En 1902, son buste par le sculpteur Syamour (Marguerite Gagneur) est inauguré à Salins-les-Bains.

L'année 2008 fut désignée par le Ministère Français de la Culture comme "l'année Victor Considerant", afin de célébrer le bicentenaire de sa naissance.
Période : XIX ème
Date de naissance : 12 octobre 1808 Salins-les-Bains, Jura
Date mort : 27 décembre 1893 Paris, Ile-de-France
Profession / Motif de célébrité : Philosophe, économiste, polytechnicien
Dernière actualisation 03/01/2013

Précision fiche tourisme

VICTOR CONSIDERANTVICTOR CONSIDERANT

Confirmez-vous la suppression ?