300 tracteurs à Besançon

Les agriculteurs franc-comtois en ont marre et entendent bien le faire savoir! Pour cela, ils rivalisent d\'imagination, à la fois pour faire réagir le gouvernement et pour faire connaître leurs problèmes au grand public.

Ils avaient commencé par employer des méthodes douces, en distribuant gratuitement du lait aux bisontins et aux vésuliens. Les passants avaient apprécié l\'initiative, sans que la situation ne change vraiment.
Alors les agriculteurs ont décidé de changer de tactique. Le 24 septembre à Gray, une quarantaine de producteurs a refusé de livrer le lait, et a déversé celui-ci dans les champs. 100 000 litres ont ainsi été gaspillés.
Le week-end dernier, les producteurs de lait ont muré les permanences des députés UMP Michel Raison et Patrice Debray.
La prochaine manifestation de la colère agricole est prévue pour le vendredi 16 octobre. Ce jour-là, ce seront 300 tracteurs venus de toute la Franche-Comté qui se dirigeront vers Besançon, et plus précisément vers la Préfecture.
Le rendez-vous est donné à 12h30 dans la rue Charles Nodier, heure de forte circulation naturellement, le but étant de déranger le plus de monde possible.

Une nouvelle action coup de poing qui fera sans doute parler d\'elle, mais suffira-t-elle à mobiliser le grand public?
Car si tout le monde a bien compris que les agriculteurs ne sont pas contents, la plupart des gens serait incapable de définir les raisons de cette colère.
Petit rappel des faits donc : la principale revendication des agriculteurs est le prix du lait. Acheté quelques centimes aux producteurs, le lait est en effet vendu trois fois plus cher (en moyenne) aux consommateurs. Soulignons tout de même que les agriculteurs ne demandent pas une baisse du prix de vente du lait en grand surface, mais plutôt une augmentation du prix d\'achat aux producteurs...

Les bisontins feront-ils le rapprochement entre les 300 tracteurs qui les empêcheront d\'aller manger vendredi et le prix de leur bol de lait? A voir...

R. Hingray
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?