Tentative d'immolation : le procès

Le procès de l'homme qui, samedi dernier, avait aspergé son ex-femme de carburant, s'est déroulé hier à Belfort. On connais donc maintenant les circonstances dans lesquelles se sont déroulées ce geste dément. (lire l'article >>)

A l'origine, l'homme était venu de la région parisienne afin de rendre visite aux deux enfants qu'il avait eu avec son ancienne compagne, domiciliée à Belfort. S'il amenait avec lui une bouteille d'eau remplie de carburant, c'était dans le but de mettre le feu à la voiture de la jeune femme.
Mais une fois sur place, il a apparemment changé d'idée et a arrosé son ex-épouse de carburant, sous les yeux des enfants et d'un témoin. Celui-ci a tenté d'intervenir, mais l'homme était dans un tel état de colère qu'il était impossible de le raisonner.

Une violence que ne nie pas le prévenu. Mais il déclare également n'avoir jamais voulu tuer sa femme : « Je l’ai aspergée d’essence pour qu’on se retrouve ici aujourd’hui car j’en ai marre de tous ces problèmes. Si j’avais voulu la tuer, j’aurais pris un couteau et je l’aurais "planté". Je suis musulman, je sais que si je la tue, je vais en enfer. »
Les "problèmes" qu'évoquent l'homme sont pourtant tous de son fait : il avait déjà menacé de mort son ex-femme en décembre 2008, et avait fait l'objet d'une plainte pour mise en danger physique et morale en mars 2008.
Selon la jeune femme, son compagnon a commencé à plonger après avoir eu un problème dans son entreprise : « Pour lui, je suis responsable de tout ce qui lui arrive » déclare la victime.

Les menaces verbales ont donc ce week-end fait place au passage à l'acte. Sans conséquence grave pour l'instant, mais qu'en sera-t-il la prochaine fois?
Le substitut du procureur a pris soin de démontrer la "dangerosité" de cet homme, qui n'a d'ailleurs exprimé aucun regret. Il a finalement été condamné à huit mois de prison, dont trois mois ferme.
Laissons le mot de la fin au prévenu, qui a déclaré à l'énoncé du verdict : « Je veux partir loin de mes problèmes. Je préfère être expulsé. » Sera-t-il entendu?

Laure Godey
Publié le mercredi 14 octobre 2009 à 10h10

Confirmez-vous la suppression ?