35 plaintes contre une salle de sport bisontine

Faux contrats, crédits revolving imposés : une salle de sport de Besançon fait actuellement l’objet de nombreuses plaintes pour escroquerie de la part de l’ancienne équipe dirigeante.
\"J\'ai été contactée par téléphone : on m\'a dit que j\'avais gagné un soin détente, j\'y suis allée, raconte Sandrine. C\'était en février 2006. Là-bas, on m\'a proposé plein de formules pour maigrir et on me forçait la main. On m\'a proposé un abonnement à 85 euros et c\'est tout de suite retombé à 45 euros par mois. J\'ai accepté mais en fait, en y regardant de plus près, je ne rembourse que 11 euros sur les soins. Les 34 euros restants, ce sont les intérêts ! A ce rythme-là, j\'aurais dû rembourser pendant onze ans\". Cette histoire-là, la police et la gendarmerie l\'ont entendue plus d\'une trentaine de fois puisque pas moins de trente-cinq personnes, des femmes pour la plupart, ont déposé plainte contre une salle de sport-institut de beauté de Besançon. “En insistant fortement, j’ai pu récupérer la copie du contrat que j’avais signé, et il ne correspondait pas à ce que l’organisme de crédit m’a fait parvenir : je n\'ai signé qu\'une fois et eux ont signé deux fois à ma place\", accuse ensuite Marie-Christine, amie de Sandrine.
Alice aussi fait partie des plaignantes : \"Ce sont des vendeurs de prêts qui nous imposent des crédits revolving à hauts taux d\'intérêts. Moi, je n\'ai rien voulu, je n\'ai pas signé cette demande de crédit ; c\'est la salle de sport qui a rempli le formulaire pour la société de crédit. Les responsables de cet institut ont vraissemblablement utilisé ma signature. A la salle de sport, dès que je parlais d\'argent, le personnel se débinait. Je voudrais que la banque m\'écrive et me dise que cette histoire est terminée. J\'espère que la justice va passer par là et les faire payer\".


TÉMOIGNAGES, JUSTIFICATIONS DE LA DIRECTION DE LA SALLE, EXPLICATIONS DES ASSOCIATIONS DE DÉFENSE DES CONSOMMATEURS ET DE L\'AVOCAT DES PLAIGNANTES : RETROUVEZ L\'ENSEMBLE DU DOSSIER CONCERNANT CETTE AFFAIRE DANS L\'HEBDO DE BESANÇON DE CETTE SEMAINE !
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?