A Besançon, le temps c'est de l'argent

Outre celle des bouchons, depuis quelque temps, à Besançon la tendance est à la multiplication des horloges.

Et pas de petites pendules comtoises de grands-mères, non ces "égraineuses de temps" sont ici du genre monumental. En cette période Pascale, la cité comtoise serait-elle victime qu'une attaque en règle, minutieusement aiguillée par le lapin d'Alice au pays des merveilles ?

Tout commence avec l'énorme horloge design installée en décembre 2010 place de la Révolution, sur la façade du Musée des Beaux-arts, afin de matérialiser le compte à rebours jusqu'à l'arrivée du nouveau TGV en terres comtoises. Côté facture : réalisation puis mise en place comprise, le compteur s'est arrêté sur 75 000 euros.

Puis vient l'installation de sa cousine de 6 tonnes à la gare d'Auxon-Dessus. Du même concepteur, Philippe Lebru - fondateur il y a dix-sept ans d'Utinam, petite entreprise de montres et d'horloges installée à Besançon - La Matrice, c'est son nom, aura coûté 300 000 euros. Une somme rondelette pour un méli-mélo d'engrenages qui, malgré toute sa démesure, n'aura pas empêché les très nombreux retards de TGV enregistrés depuis l'ouverture de la nouvelle ligne à grande vitesse.

Conscient que le temps c'est de l'argent, on aurait pu en rester là. Mais c'était sans compter sur le comité consultatif d'habitants Boucle - La Chapelle des Buis. Avec l'appui de Jean-Louis Fousseret, actuel maire de Besançon et ancien diplômé de l'école nationale d'horlogerie - pour qui, il est plus que temps de remettre toutes les pendules à l'heure dans la cité comtoise - un nouveau" timer" aux mensurations dantesques a vu le jour sur la place des droits de l'homme, en face de la mairie. Répondant au patronyme "Les heures bleues", l'horloge est signée Alain Silberstein. Haute de trois mètres, elle possède un cadre qui passe du blanc au bleu à mesure que le crépuscule tombe sur la ville. Son prix: 15 000 euros.

Ô temps suspens ton vol, et vous heures propices, suspendez votre cours (...boursier).


T. Comtois
Publié le lundi 23 avril 2012 à 16h21

Confirmez-vous la suppression ?