Pont-de-Poitte (39) : A chacun sa méthode

A maintenant deux petits jours du verdict des urnes, le moment est plus que jamais venu pour les candidats aux municipales de lancer leurs dernières forces dans la bataille pour s'arracher vos voix. Une lutte féroce qui, quelle que soit d'ailleurs l'élection, consiste bien souvent à marquer les esprits par une parole bien trouvée (faute d'être nécessairement respectée).

Nous vient alors en tête l'exemple d'une célèbre anaphore qui ne saurait toutefois rendre compte à elle seule des différentes stratégies employées pour nous séduire… avec plus ou moins de réussite. Car dans le cas de ce candidat à la mairie de Pont-de-Poitte, petite commune du Jura, il n'est pas certain que remplacer les figures de style par des injures ait été un choix très judicieux en cette dernière ligne droite…

Alors que la campagne fait étonnamment rage dans ce village d'à peine plus de 600 âmes, c'est en effet de si virulente manière que ce gérant d'une entreprise de canoë, opposé à des travaux devant être engagés par l'actuelle municipalité en bordure de son activité, s'est hier adressé aux gendarmes venus lui faire entendre raison… Le tout en appuyant ses propos grossiers de mesures "coups de poing" à leur encontre !

En adoptant ainsi une formule agressive basée sur le poids des mots et le choc des bobos, cet élu potentiel n'aurait certes pu faire mieux pour "frapper" l'opinion à l'approche imminente du premier tour. Mais il se pourrait bien que, malgré tout, son passage en garde à vue soit la dernière image que retiendront de lui les électeurs, au moment de se prononcer dimanche…

Ce qui ne serait probablement pas pour déplaire au maire sortant, en lice pour un nouveau mandat… et en cela bien inspiré d'avoir lui-même dépêché les forces de l'ordre, le jour de cette altercation.

.
Publié le vendredi 21 mars 2014 à 13h08

Confirmez-vous la suppression ?