Accidents de scooter à Planoise : Jean-Louis Fousseret réagit

Deux accidents impliquant des scooters se sont produits en moins d'une semaine dans le quartier de Planoise, à Besançon.
Dimanche dernier, un jeune homme d'une vingtaine d'années a percuté une voiture alors qu'il circulait sans casque sur une moto non homologuée. Alors qu'il était grièvement blessé, à la tête notamment, ses amis ont tenté de lui enfiler un casque, prenant le risque d'aggraver l'état de leur camarade.
Puis vendredi soir, c'est un petit garçon de 6 ans qui a été renversé dans une zone piétonne par un scooter conduit par un homme de 29 ans, sous l'emprise de stupéfiants qui plus est.
Alors que la petite victime est toujours dans le coma, Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon, a tenu à exprimer son indignation envers ces "fous furieux du guidon" qui mettent leur vie et celle d'autrui en danger.

Jean-Louis Fousseret ressent "une immense tristesse face au drame qui touche Bilal, victime de la bêtise et de l'irresponsabilité d'un chauffard", ainsi qu'une "profonde colère à l'égard du chauffard dont le comportement criminel est absolument impardonnable."
Parce qu'il trouve "intolérable" qu'une "une poignée de véritables fous furieux du guidon trouvent plaisir à mettre leur vie et celle des autres en danger en prenant nos rues et nos allées pour un circuit de course", le maire a déclaré qu'il allait faire son possible pour lutter contre les problèmes liés aux scooters.

Depuis plusieurs années déjà, la Ville de Besançon lutte "contre ces comportements inadmissibles, en collaboration étroite avec les services de l'Etat et notamment la Police nationale." "Chaque année, ce sont déjà plus de 500 procès verbaux qui sont dressés et plus de 300 deux roues qui sont confisqués par les polices nationale et municipale" a tenu à rappeler Jean-Louis Fousseret.
Par ailleurs, "une trentaine de dispositifs (escargots, barrières en quinconce...) ont déjà été installés sur les aires de jeux et zones piétonnes de Planoise". "Leur efficacité est reconnue, même s'il ne s'agit pas d'une solution miracle, puisqu'il est impossible de fermer de manière totalement hermétique une zone afin de garantir la circulation des poussettes, des personnes à mobilité réduite en fauteuils et des services de secours."
Ce "déploiement de dispositifs anti-scooters sera donc encore intensifié dans les mois à venir."

Le maire de Besançon souhaite que "chacun puisse circuler librement et en toute sécurité dans les rues de notre ville et notamment dans ces zones piétonnes."
Il espère "que ce drame réveillera enfin les consciences de ces chauffards" et que "les services de justice prononceront une peine exemplaire" à l'égard "du conducteur irresponsable qui a renversé le petit Bilal".

Nul doute que ce communiqué fera écho auprès de tous les bisontins qui ont manifesté leur indignation suite à cet accident.

R. Hingray
Publié le mardi 17 août 2010 à 10h39

Confirmez-vous la suppression ?