Agressé à la gare de Vesoul

Le 19 octobre dernier, un Parisien s'est fait agresser sur un parking proche de la gare de Vesoul. Il avait été attiré via une arnaque sur un site de petites annonces.

La victime était intéressée par une Peugeot 406 vendue 700 € sur le site Leboncoin.fr . Elle est venue en train et est descendue en gare de Vesoul. Là, un jeune homme attendait son "client". Il l'a emmené sur un parking situé en face la gare, derrière l'hôtel de l'Europe, soi-disant pour voir la voiture.
Il s'agissait en réalité d'un traquenard : aucun véhicule à vendre à l'horizon, mais deux amis du vendeur étaient présent. À eux trois, ils ont plaqué le Parisien contre un mur, l'ont menacé d'une arme (un flash-ball) et lui ont fait subir une fouille corporelle poussée.
Le "client" a ainsi été dépouillé de son argent et de tous ses biens personnels (téléphone, montre, etc.) en plein après-midi.

Le vendeur qui avait accueilli le Parisien à la gare a rapidement été identifié et interpellé. Il était jugé hier par le tribunal correctionnel de Vesoul. Seul.
Le jeune agresseur, âgé de 23 ans et habitant Noidans-les-Vesoul, a en effet refusé de donner l'identité de ses complices, par peur des représailles. Il endosse donc seul la responsabilité de l'agression et du vol.
Le jeune homme est pourtant loin d'être un caïd. Récemment embauché en CDI, le jeune homme n'avait jamais eu de problème avec la justice. Il est apparu effondré au tribunal, honteux sous le regard de ses parents.
De l'avis de tout le monde, "il s'est laissé entrainer" et a été "dépassé par les événements".
Pour cette raison, le procureur n'accepte pas que le jeune homme soit seul devant le tribunal alors qu'il n'est clairement pas le responsable principal de l'agression. Il a tenté d'expliquer au prévenu qu'en se taisant, il risquait de faire d'autres victimes, peine perdue.

Le jeune agresseur a donc été condamné à 18 mois de prison dont 12 avec sursis et mise à l'épreuve de 2 ans. Il devra payer 2 000 € de dommages et intérêts à la victime.

R. Hingray
Publié le vendredi 28 octobre 2011 à 16h22

Confirmez-vous la suppression ?