Besançon : Beaucoup de bruit pour rien

A la barre du tribunal correctionnel de Besançon, il se sera présenté comme « le gardien du quartier [Planoise] » agissant « pour le bien des autres ». Ce qui, vous en conviendrez, est un peu fort de café pour un individu déjà condamné à 8 reprises pour violences, dégradations, trafic de stupéfiants (…), et donc de nouveau jugé en début de mois pour harcèlement et intimidation : lui qui d'août 2012 à fin mai 2013 avait en effet régulièrement insulté par téléphone les services du Conseil Général, qu'il avait même menacés de faire sauter au moyen d'une bombe… si les travaux de réfection du collège Diderot, trop bruyants à son goût, ne cessaient pas.

Interpellé suite à cette promesse restée sans suite, ce quinquagénaire a depuis appris d'un expert psychiatre qu'il souffrait des nerfs et d'un léger délire de persécution à tendance paranoïaque. Ce qui, malgré son passif déjà lourd, n'a pas inquiété plus que cela le tribunal, qui l'a gentiment condamné à 300 € d'amende, sans obligation de soins.

.
Publié le jeudi 19 mars 2015 à 11h18

Confirmez-vous la suppression ?