Bébé secoué décédé: le père jugé à Besançon

Un père de famille accusé d'avoir secoué son bébé de quatre mois si violemment qu'il en est mort a comparu lundi devant la cour d'assises du Doubs à Besançon.

François Sassignol, âgé de 28 ans au moment des faits, a reconnu pendant l'enquête avoir secoué le petit Enzo, pour essayer de le faire taire alors qu'il pleurait, le 3 septembre 2008 à son domicile de Pontarlier (Doubs).
En arrêt cardio-respiratoire à l'arrivée des secours, l'enfant n'avait pu être réanimé. L'autopsie a permis d'établir que le bébé est décédé du "syndrome des enfants secoués" et qu'il avait déjà subi un tel traitement.

"Je ne peux pas vraiment dire ce qui s'est passé mais j'aimais mon fils", a déclaré M. Sassignol, poursuivi pour violences volontaires sur mineur de moins de 15 ans, par ascendant, ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Il encourt 30 ans de réclusion criminelle.

L'accusé et la mère d'Enzo, qui ont un autre enfant âgé de cinq ans, étaient tous deux sans emploi à l'époque. Ils vivaient des aides sociales et leur couple battait de l'aile. François Sassignol a toujours douté être le père biologique d'Enzo, qu'il n'a jamais reconnu pour que sa compagne touche l'allocation de parent isolé. Après avoir affirmé aux enquêteurs que son compagnon était bien le père de l'enfant, la mère a attribué la paternité à un autre homme.

Le verdict est attendu mardi.

AFP
Publié le lundi 6 juin 2011 à 13h43

Confirmez-vous la suppression ?