Bref enlèvement d\'enfant

Une petite fille de 3 mois a été enlevée mardi soir par son tonton... et rendue à sa maman à peine trois quart d\'heure plus tard! Une histoire qui finit bien, mais qui avait pourtant très mal commencé.

La maman du bébé est une française d\'origine tunisienne, née à Fréjus (dans le Var). L\'année dernière, à même pas 20 ans, la jeune fille a été mariée en Tunisie à un homme choisi pour elle par sa famille.
Un mariage arrangé qui ne rendait pas heureuse la jeune épouse. Celle-ci a donc préféré fuir, enceinte et seule, afin de se réfugier à Besançon. Loin des siens mais libre d\'aimer qui elle veut, en l\'occurrence un jeune bisontin.
Six mois plus tard, la jeune femme a donné naissance à une petite fille et a repris contact avec sa famille. Son frère venait d\'ailleurs lui rendre visite mardi soir.
Une rencontre orageuse, puisque l\'homme a fait le trajet jusqu\'à Besançon dans le seul but de ramener sa soeur à la raison, et de la convaincre de reprendre la vie conjugale. En effet, cela \"ne se fait pas\" de quitter son mari!
La jeune femme ne cédant pas, et expliquant que sa vie était maintenant à Besançon, son frère s\'est fâché. Se saisissant d\'un couteau posé sur la table, il a menacé sa soeur et le nouveau compagnon de celle-ci, avant de s\'enfuir avec le bébé.

Mais à peine quelques minutes plus tard, la jeune maman recevait un appel de son frère, qui regrettait son geste. Il s\'est excusé, et a décidé de rendre l\'enfant. Pas directement à sa soeur toutefois, celle-ci ayant déjà prévenu les gendarmes.
L\'homme a donc frappé à une maison de Châtillon-le-Duc, au hasard. Il a tendu sa nièce aux occupants, leur a rapidement expliqué la situation, et a de nouveau pris la fuite.
Mère et fille ont pu se retrouver à peine trois quart d\'heure après l\'enlèvement.

Quant au tonton colérique, il est apparemment pris de remord et aurait déclaré vouloir se rendre de lui-même à la police de Fréjus, où réside sa famille. Une décision qui lui assurerait sans doute la clémence de la justice.

Laure Godey
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?