Brigitte Bardot se mobilise pour les daims de Bart

Une dizaine de daims élevés illégalement à Bart, dans le Pays de Montbéliard, auraient dû être abattus la semaine prochaine. Mais c'étaient sans compter sur Brigitte Bardot et les écologistes, qui se sont mobilisés pour tenter de sauver ces animaux.

Le propriétaire des daims n'a pas les autorisations nécessaires à ce type d'élevage. Le tribunal l'a donc condamné en mai dernier à une amende et à la confiscation de son cheptel. Lequel devait être abattu, puisque les daims domestiqués ne peuvent être remis en liberté dans une forêt.
La Fondation Brigitte Bardot, mise au courant de ce jugement, a cherché d'autres solutions. Aidée de la SPA de Montbéliard, elle a trouvé des parcs animaliers qui seraient prêts à accueillir l'élevage. Brigitte Bardot elle-même a écrit une lettre au procureur de Montbéliard afin de plaider la cause des daims.

Ces démarches n'ont toutefois eu aucun effet, et la justice a programmé l'abattage pour mercredi prochain. Mais voilà que, malgré les efforts de discrétion du tribunal, les écologistes ont eu vent de ce projet.
Après Brigitte Bardot, c'est donc Bernard Lachambre, porte-parole du mouvement Europe Ecologie Les Verts, qui a écrit une lettre au procureur. Il y a rappelé que des solutions moins violentes que l'abattage ont été proposées pour mettre fin à l'élevage illégal, et regrette la "décision rapide et radicale" du tribunal.
Il propose "à tous ceux qui s'opposent à cet abattage de se rassembler à Bart mercredi prochain".

Cet appel sera toutefois inutile, puisque nous avons appris hier que le propriétaire de l'élevage a décidé de faire appel au jugement. Le dossier doit donc à nouveau être jugé le 15 septembre prochain.
En attendant, l'abattage des daims est suspendu.
Selon le tribunal, "la meilleure chose" à faire serait maintenant que l'éleveur se sépare volontairement de ses animaux avant cette nouvelle audience. Il pourrait par exemple en faire don à Brigitte Bardot...

R. Hingray
Publié le jeudi 11 août 2011 à 14h11

Confirmez-vous la suppression ?