Belfort : Caméras non grata

Sans élément de comparaison, il était jusqu\'alors difficile de savoir si les casseurs de caméras bisontins étaient réellement des modèles d\'efficacité et de productivité au vu de leurs premiers exploits.

Mais depuis ce début de semaine et l\'annonce tardive à Belfort d\'un vol massif de caméras de surveillance survenu au cours d\'un week-end du mois de juin, il semble désormais clair qu\'ils ne sont en fait que des petits joueurs, des enfants de chœur… bref, des maternels dans la cour des grands.

Alors certes, pour leur défense, contrairement à Besançon, cela ne concernait pas tant des objectifs surexposés en places publiques que le système de vidéosurveillance nouvellement installé dans 3 tours HLM du quartier des Résidences.

Ceci dit, avec un total de 58 caméras dérobées en deux jours, il n\'y a quand même pas photo ! Tout comme il n\'y aura d\'ailleurs pas eu vidéo en ce week-end du 1er et 2 juin, où le dispositif n\'était pas encore opérationnel.
Ce qui là encore n\'enlève rien au \"mérite\" d\'une bande vraisemblablement très organisée qui aura su faire preuve de discrétion pour déloger ni vu ni connu plusieurs dizaines de caméras de halls d\'entrée, de cages d\'ascenseur et de paliers… pour beaucoup fixées au plafond.

Pas plus retrouvé que les auteurs des faits, le matériel volé n\'aura bien sûr pas tardé à être remplacé. N\'en reste pas moins que 26 000 € de préjudices sont désormais venus se greffer aux 64 000 € de frais annuels de fonctionnement d\'un dispositif… dont la vocation première est d\'endiguer le vandalisme à l\'intérieur des immeubles.

C.R
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?