Centre-ville

attention, dossier glissant !


En mars 2006, Gaz de France réalisera des travaux sur son réseau afin de remplacer des conduits en fonte grise qui avaient provoqué l'effondrement d'un immeuble à Mulhouse en 2004.

Des tranchées en plein centre-ville !

C'est donc au coeur de la ville que ces travaux seront effectués, de la place du 8 septembre à la place Pasteur, "et peut-être même jusqu'à la rue des boucheries, si nos moyens nous le permettent", ajoute Jean-Claude Roy, adjoint au maire de Besançon, en charge du dossier.
Des tranchées seront donc réalisées, pour changer les tuyaux, mais elles devraient se faire au fur et à mesure, afin d'éviter le chaos, comme avaient été les travaux de la rue des Granges. Les travaux commençeront de la place du 8 septembre, afin que tout soit fini pour la période estivale.

Attention à la tranchée !

On se demande donc comment ces travaux pourront se faire sans gêner les passants, riverains et autres touristes. Confiant, Jean-Claude Roy affirme que "les accès aux commerces et aux logements seront préservés" : on imagine bien le client marchant dans la boue, escaladant un ponton en carton , pour pouvoir accéder aux boutiques.
Après l'intervention des employés de Gaz de France, la tranchée sera recouverte d'un enrobé traditionnel en attendant de nouvelles dalles.

Testez des dalles qui n'existent pas !

C'est donc seulement en automne que le centre ville arborera de nouvelles dalles en calcaire anti-dérapantes. En effet, la municipalité a pris en compte le ras-le-bol général des bisontins, car par temps de pluie, la rue piétonne se transforme vite en une véritable patinoire. Un point test a été mis en place sur la place pasteur : composé d'une dizaine de dalles en calcaires, cette parcelle permet de les tester, enfin pas vraiment. Car le test ne repose que sur le traitement anti-dérapant des dalles, et non sur les dalles elles-mêmes.
Un appel d'offre a été ouvert, et comme pour la rue des Granges, la rue piétonne va se voir "infliger" des dalles chinoises bon marché, alors que notre région ne manque pas de carrières de calcaire !

Aurélien CENTELLES
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?