La Madeleine Proust

s'offre l'Olympia

Laurence Sémonin est montée sur les planches mythiques de l'Olympia ce week-end (11/02)avec son dernier spectacle « La

Madeleine Proust fait le tour du monde ». (Voir le reportage photo de ce spectacle à Besançon)



Dépaysement culturel assuré.mais jusqu'où ira Madeleine ?





On la connaissait surtout pour sa malice, son franc-parler et son gros cour mais on ignorait jusqu'à présent son côté

aventureux. A soixante-seize printemps, elle n'est pourtant jamais partie bien loin de son Derrière-les-Gras, alors quand elle quitte sa terre natale pour un tour du monde, ça vaut des points ! Après tout, on s'accorde pour dire que « les voyages forment la jeunesse, même pour les vieux ».



Madeleine la téméraire ne fait jamais les choses à moitié : après Marseille, on la retrouve à Harlem puis en Chine, en Australie, au Canada, au Mexique, au Maroc ou encore en Inde.



Madeleine découvre avec entrain d'autres façons de vivre, s'étonne des travers des uns, s'amuse des coutumes des autres.



Douée d'une imagination fertile, Madeleine a pourtant les pieds sur terre en tordant le cou aux clichés et au

conformisme. Ambitieuse, elle n'en oublie pas moins ses racines parce que « si on ne sait pas d'où on vient, on ne

peut pas savoir où on va ». Dans des décors féeriques, à l'image de ses rêves et de ses envies d'évasions, Madeleine se révèle également poète.



Simplement, elle nous émerveille. Suspendue dans un drap au dessus de la scène, dans les nuages,la voilà qui se prendrait presque pour une étoile. La Proust porte un oeil lucide et moqueur sur nos préjugés, elle a le don de nous remettre en place avec délicatesse. Madeleine, notre célèbre paysanne franc-comtoise, met tout le monde d'accord

une fois de plus.



Aline De Vincentis
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?