Gagnez de l'argent

Osez les ventes aux enchères



Votre grenier ressemble à la caverne d'Ali Baba, vous avez changé votre salon et vous souhaitez vendre vos meubles, ou vous avez des tonnes de livres et qu'il vous démange de les brûler? Ne jetez rien, ça peut vous rapporter de l'argent.

Le principe est simple. Faites un inventaire de tout ce que vous avez à vendre et contactez un commissaire priseur de Besançon ( voir les contacts en bas de page ).



Les conditions de vente

Après avoir contacté un commissaire priseur, vous déciderez d'un rendez-vous. Il choisira les objets "vendables", car ne pensez pas que le cendrier que votre chérubin a fait en maternelle pour la fête des père va trouver acquéreur, ... sauf si il s'apelle Picasso ou Dali. Il faudra donc déposer les meubles et autres bibelots dans la salle des ventes en attendant le jour fatidique.



Le jour de la vente

A l'hôtel des ventes des Chaprais, Me Dufrêche procède tous les 15 jours à une vente aux enchères. Quelques fois, des ventes exceptionnelles sont organisées avec des thèmes précis : vins millésimés, tableaux et oeuvres d'art, ...

Le jour de la vente, vos objets seront donc proposés en lots. Certains partent pour une bouchée de pain, d'autres à quelques centaines d'euros. Pour mettre en vente vos objets, vous devrez payer une commission de 15% environ, sur le prix final de vos objets vendus.



Les "must"

Les habitués, brocanteurs pour la plupart, viennent se frotter aux suspense des enchères. Tous repartent un carton aux bras, chargé de petits trésors qui feront le bonheur de leurs clients. Mais les ventes ne sont pas réservées qu' aux professionnels, il suffit juste de penser à amener une carte d'identité et un moyen de payer !

Les sacs de grands couturiers, les bijoux, les tableaux et des centaines de livres, sont vendus à prix cassés.



Aurélien CENTELLES





LES ADRESSES UTILES



- Dufrêche Gérard, 11 rue de l' Eglise, 25 000 BESANCON, 03.81.80.37.37

- Renoud-Grappin J-P, 13 rue Pasteur, 25 000 BESANCON, 03.81.82.14.14
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?