chute en série

En cette deuxième semaine de mai, l\'actualité franc-comtoise semble avoir choisi pour leitmotiv le mot chute, avec un goût prononcé pour les situations ubuesques. Des faits, si cocasses que l\'on les croirait tout droit sortis de l\'imaginaire potache d\'un scénariste de films comiques. Silence : ça chute !

Ce matin, un peu avant 7h00 un patient tombe du 3e étage du centre hospitalier de Belfort côté rue Saint-Antoine. Heureusement pour lui, sa chute est amortie par une verrière. Conscient, le malade est retourné... dans sa chambre d\'hôpital. L\'enquête devra déterminer s\'il s\'agissait d\'une tentative de suicide ou d\'un simple - bien que troublant - accident.

Autre lieu, autre candidate au grand saut. Hier, à 17h, une Mini appartenant à une femme d\'une quarantaine d\'années a chuté du haut d\'une falaise sur une route dominant le village de Bief dans le Doubs. Là encore, plus de peur que de mal puisque la conductrice, victime d\'un malaise, avait stationné son véhicule et en était descendu. Un frein à main mal serré a fait le reste !

Enfin, homme récemment tombé... de son siège présidentiel, Nicolas Sarkozy demeure plus que jamais sur la sellette. Si jusqu\'ici, paré de son costume présidentiel tout allait bien pour lui. La chute pourrait continuer pour le \"de nouveau\" simple citoyen de la république. Karachi, Bettencourt, Kadhafi : autant de boulets qui pourraient couler ses rêves de se réinscrire rapidement au barreau de Paris. L\'homme étant toujours propriétaire de parts dans le cabinet d\'affaires de son associé, Arnaud Claude.

Atterrissage, en forme de verdict, le 15 juin à minuit, date officielle de l\'arrivée à terme de son immunité présidentielle.

T. Comtois
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?