Au jeu de l\'arroseur arrosé...

Il n\'aura pas fallu attendre longtemps, pour qu\'à droite, les premières critiques fusent contre le nouveau président.
Et quitte à tacler autant le faire sur un sujet qui a le don d\'exaspérer les français : le \"bling bling\" présidentiel.

François Hollande avait promis : lui président, il resterait un citoyen comme les autres... Et sur ces choses là, mieux vaut ne pas se dédire... Ce n\'est pas l\'ancien résident de l\'Elysée qui dira le contraire.

Dés lors, le député UMP belfortain Damien Meslot a demandé mercredi à François Hollande de «s\'expliquer sur la location de deux avions privés», utilisés dimanche soir par le président élu et son équipe pour regagner Paris, s\'empressant de dénoncer une présidence qui «commence dans le luxe et l\'opulence, alors que les Français sont obligés de se serrer la ceinture pour faire face à une crise grave».

«A peine élu le soir du 6 mai, François Hollande et son équipe ont emprunté deux jets privés de type Falcon 900 pour un coût total estimé à près de 50.000 euros l\'heure de vol», écrit encore l\'élu UMP dans un communiqué.

Bien sûr, à droite on a souvent la mémoire qui flanche, dixit Jacques Chirac. Oubliées donc les 138 000 euros du jet privé de Christian ESTROSI ex-secrétaire d\'état à l\'outre mer, ou encore les excès répétés d\'Alain Joyandet ex- secrétaire d\'Etat chargé de la Coopération et de la Francophonie pour ne citer que ces deux là...

On reconnaîtra tout de même qu\'au jeu de l\'arroseur... Pour François Hollande, tel est pris qui croyait prendre.

T. Comtois
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?