Besançon : Contrecoup

Clairement piqué au vif mais on ne sait encore par quelle mouche, le quadragénaire qui, ce mardi, avait oblitéré de deux coups de marteau le crâne de son rival amoureux (soumis à 10 jours d'interruption temporaire de travail pour une fracture de la boite crânienne), avait hier rendez-vous devant le tribunal correctionnel de Besançon, dans le cadre de sa comparution immédiate.

Bien incapable d'expliquer un geste qui, à l'en croire, « ne [lui] ressemble pas », le prévenu a tenu à présenter ses excuses larmoyantes face à la cour… de même qu'à demander un délai supplémentaire pour préparer sa défense. Un appel entendu par les juges qui auront toutefois requis son placement en détention jusqu'à la date de son procès, fixé au 28 août prochain.

De quoi laisser le temps à ce menuisier-charpentier de profession sans antécédents judiciaires de se mettre mentalement en condition, pour encaisser le pénible "coup de massue" d'une probable condamnation...

C.R
Publié le vendredi 26 juillet 2013 à 10h00

Confirmez-vous la suppression ?