Vandoncourt (25) : Courroux d’un mari trompé

En apprenant au détour d\'un SMS et après 21 ans de vie commune que sa femme entretenait une relation extraconjugale de longue date avec un certain Alain, le coup avait été dur à encaisser… Mais peut-être plus encore pour le fameux amant qui, deux semaines après la découverte du pot aux roses, avait dû essuyer ceux de cet inconsolable époux. Dans les deux cas, il est certain que ça doit faire mal.

Usant de ruse pour mettre un visage sur ce prénom et ses poings sur ce visage, le mari avait décidé, en ce jour de décembre 2012, de suivre discrètement sa belle et de surprendre la main aux fesses le couple illégitime lors de retrouvailles secrètes. Ce qui se sera effectivement produit devant la mairie de la commune de Vandoncourt, et aura donc valu à Alain de récolter quatre fractures à la face et 21 jours d\'incapacité totale de travail. Un bilan qui aurait peut-être demandé à être plus lourd si Monsieur le Maire n\'avait pas jugé bon d\'interrompre la sévère raclée.

Quoi qu\'il en soit toujours aussi aigri 5 mois après les faits (on ne balaie pas 21 ans de relation d\'un revers de baffes), l\'amoureux déchu, présenté hier devant la justice, aura affirmé ne pas regretter avoir mis les « poings » sur les i avec son rival. S\'il avait d\'ailleurs été à la place de ce dernier, il n\'aurait même pas porté plainte et se serait contenté de faire profil bas en assumant pleinement les conséquences de ses actes.

Une juste lecture de Qui sème le vent, récolte la tempête qui n\'aura cependant pas trouvé grâce aux yeux des juges. Condamné à deux mois de prison avec sursis, le prévenu devra en outre s\'acquitter d\'une avance de 1000 € de dommages et intérêts en attendant que soit chiffré le préjudice exact subi par sa victime pour son ravalement de façade.

C.R
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?