Des parents d'élèves occupent l'inspection académique de Besançon

Entre 150 et 300 personnes, d'après la police et les manifestants, ont investi lundi l'inspection académique du Doubs à Besançon, avec l'intention d'y passer la nuit pour protester contre les suppressions de postes dans l'Education nationale. Ils ont été évacués au bout de quelques heures par des CRS.

A l'appel du collectif des "parents d'élèves en colère", enseignants, parents d'élèves et élus ont investi les locaux en milieu d'après-midi. Ils dénonçaient la suppression dans le Doubs de 35 postes sur 2.500, a dit Thierry Schneeberger-Arnaude, représentant SNUipp-FSU.
"Nous demandons le retour de ces 35 postes pour que les conditions d'accueil et d'apprentissage des enfants ne soient pas dégradées. Voici le résultat de l'application du dogme du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux", a-t-il ajouté.
Le comité technique paritaire départemental pour le premier degré qui devait se tenir dans les locaux de l'inspection a été empêché. Il devait rendre lundi ses décisions définitives au sujet des fermetures de classes.

Une soixantaine de manifestants avait décidé de dormir sur place. "Jusqu'à ce que notre demande soit transmise au ministère de l'Education nous occuperons les lieux", a précisé M. Schneeberger-Arnaude.
Une trentaine de policiers et de CRS les a toutefois forcés à quitter les lieux en fin d'après-midi. Bien que l'évacuation ait commencé de manière assez vive, elle n'a fait aucun blessé.

Les occupants ont toutefois l'intention de poursuivre leurs actions : "On lâche rien, on reviendra demain", ont scandé les protestataires. "L'enjeu c'est de revenir demain plus nombreux, plus forts", a affirmé de son côté Thierry Schneeberger-Arnaude, représentant SNUipp-FSU.
Suite à une assemblée générale ce matin, les manifestants ont décidé de revenir à l'inspection académique ce soir à partir de 18h.

L'inspection d'académie du Doubs avait été occupée pendant plus d'une semaine en 1997 et quelques jours en 2000.

AFP
Publié le mardi 5 avril 2011 à 14h24

Confirmez-vous la suppression ?